Données/Images utilisées

L’acquisition de séries temporelles d’images satellitaires est au cœur du SNO, en particulier pour les volcans et les glissements de terrain. Voici un bref aperçu des données SAR utilisées dans le SNO :

  • Les données Sentinel-1, systématiquement disponibles tous les 6 jours en Europe pour chaque géométrie d’acquisition, sont disponibles gratuitement auprès de Copernicus (opéré par l’ESA). A titre d’exemple sur le Piton de la Fournaise, OPGC a obtenu 120 images en modes IW et SM de plus haute résolution.
  • Les données ALOS-2, obtenues auprès de la JAXA, sont indispensables pour la surveillance des volcans car moins sensibles à la végétation, cependant elles ne sont disponibles gratuitement que sur appels spécifiques à la recherche scientifique, en nombre limité et avec une licence spécifique. En 2021, trois projets permettent d’acquérir des données sur le Piton de la Fournaise, sur la Guadeloupe et la Martinique et sur le Merapi.
  • Les données TerraSAR-X du DLR ont une très haute résolution spatiale et un échantillonnage temporel de 11 jours qui en font un complément obligatoire pour l’étude des volcans, bien qu’elles soient très sensibles à la végétation. Pour les volcans, elles sont acquis dans le cadre d’une licence et d’un prix « scientifiques » spécifiques sur le Piton de la Fournaise, la Soufrière de Guadeloupe, la Montagne Pelée et le Merapi ; Pour les glissements de terrain, elles sont acquis (gratuitement) avec une mission spécifique dans le cadre des activités Landslide Pilot/Demonstrator du CEOS.
  • Les données TanDEM-X du DLR permettent le calcul de MNT successifs et sont en cours d’acquisition sur le Piton de la Fournaise et le Merapi.
  • Les données PAZ de l’agence spatiale espagnole sont identiques aux données TSX. En 2021, deux projets ont été envoyés pour acquérir des données TSX, TanDEM-X et PAZ sur le Piton de la Fournaise et le Merapi.
  • Les données Radarsat sont acquises sur les Antilles grâce à une collaboration directe avec l’Agence Spatiale Canadienne.
  • Les données SAOCOM (qui est un capteur en bande L) sont acquises sur les Alpes du Sud de la France (glissements de terrain de l’OMIV et vallées du Guil/Ubaye/Tinée) pour les applications des glissements de terrain grâce à une collaboration directe avec l’agence spatiale argentine / Conae (et l’agence spatiale italienne en charge de la distribution en Europe).

Rechercher